Le ministre de la Justice, Abdel Latif Wehbe, a déclaré que le nombre de détenus avait diminué lors de la Coupe du monde 2022 au Qatar, où le Maroc a réalisé un exploit historique en terminant quatrième.

Hier 27 décembre, mardi, la fee de la justice, de la législation et des droits de l’homme de la Chambre des représentants a voté deux projets de loi relatifs au système judiciaire.

Webe a déclaré: “Le nombre d’arrestations a diminué d’environ un millier d’arrestations par rapport à la même période l’année dernière.” Il a attribué la baisse de la délinquance enregistrée lors de la Coupe du monde à l’atmosphère de joie ressentie par le Maroc face à l’exploit historique de l’équipe nationale et au souci des Marocains de la soutenir.

Hier, mardi 27 décembre, la fee de la justice, de la législation et des droits de l’homme a approuvé le projet de loi organique modifiant et complétant la loi organique n° 100.13 relative au Conseil supérieur de la magistrature, ainsi que le projet de loi organique n° 14.22 modifiant et complétant modifiant la loi organique n° 14.22 loi n° 106.13 portant régime organique de la magistrature, avec l’approbation de 17. Deux parlementaires représentant la majorité et l’opposition et 3 parlementaires appartenant au groupe socialiste se sont abstenus de voter.

Le ministre de la Justice a accepté un sure nombre d’amendements introduits par le Parti socialiste et le Parti du mouvement.

À cet égard, le gouvernement a adopté un amendement présenté par l’équipe du mouvement, qui prévoit la coordination du ministère de la justice avec le Conseil supérieur de la magistrature et le parquet présidentiel en matière de gestion administrative et financière des tribunaux, étant donné que le Parquet est devenu l’une des composantes du pouvoir judiciaire.

Le gouvernement a également adopté un autre amendement, qui concernait la décision du Conseil supérieur de la magistrature sur les demandes de candidature au Conseil dans les 72 heures suivant la date limite de leur dépôt.

En revanche, le ministre de la Justice a refusé d’accepter l’amendement concernant la possibilité de porter l’âge de la retraite des juges de 65 à 70 ans au lieu des 75 ans prévus dans le projet.

Saeed Aziz, un parlementaire du Parti de l’Union socialiste, a estimé que le relèvement de l’âge de la retraite des juges à 75 ans était excessif et a appelé à ce que la porte soit ouverte aux jeunes et aux élites pour occuper la magistrature.

De son côté, le ministre a confirmé que les magistrats dont l’âge de la retraite sera relevé à 75 ans exerceront leurs fonctions à la Cour de cassation, notant que certains d’entre eux pourront exercer leurs fonctions malgré leur âge avancé.

Le projet de loi sur le Conseil supérieur de la magistrature a suscité une polémique parmi les juges après que le ministre de la Justice Abdel Latif Webeh, lors de sa présentation à la fee de la justice et de la législation de la Chambre des représentants, a confirmé que les juges qui tardent à prendre des décisions sur les poursuites peuvent faire l’objet de sanctions disciplinaires par les autorités du Conseil supérieur de la magistrature.

L’article 108-bis du projet de loi organique précité stipule que le Conseil contrôle l’activité des magistrats et s’emploie à prendre les mesures appropriées pour son amélioration et son contrôle afin d’accroître l’efficacité de l’activité judiciaire.

Le garde des sceaux a estimé que cette disposition donnera au pouvoir judiciaire la possibilité de contrôler les juges au niveau du respect d’un délai raisonnable pour statuer sur les affaires qui leur sont présentées, qui variera selon le sort d’affaires, réparties entre les affaires civiles , statut business et personnel.

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}