Photograph: Hespress

Hespress – WLLVendredi 30 décembre 2022 – 03:20

Les équipes de l’Agence nationale des eaux et forêts ont relâché 12 têtes de cerfs de Barbarie dans la région d’Harzouzeh, au niveau du parc nationwide d’Ifran.

Des responsables de l’Agence nationale des eaux et forêts ont indiqué que ces cerfs, qui se répartissent en 6 mâles et 6 femelles, ont été élevés, dont quatre équipés de colliers GPS, dans le cadre du programme de lâcher de cerfs de Barbarie dans la région d’Ifran.

Il est à noter qu’en 1989, 15 gazelles berbères ont été amenées de Tunisie afin de démarrer un programme d’élevage de cette espèce d’animaux sauvages, avec la mise en place du premier noyau d’élevage au niveau de la réserve de Kaisaria dans la commune territoriale d’Ain Luh . (Azrov). Cinq ans plus tard, un deuxième noyau a été établi dans le parc nationwide de Tazga à Taz.

Ainsi, dans les deux réserves, des {couples} de cerfs de Barbarie ont pu se reproduire, ce qui a contribué à l’augmentation du nombre complete de cette espèce d’animaux à environ 300 têtes, dont environ 200 vivent dans la réserve de Césarée, tandis qu’à Tazga il y a environ 100 têtes. Parc nationwide.

Le cerf de Barbarie, seul représentant de l’espèce de cerf en Afrique, s’est éteint au Maroc au XIXe siècle avant d’être relâché dans les années 1990 dans le parc nationwide de Tazga (nord du Moyen Atlas) et dans la réserve de Césarée (Azrou).

Ifran Cerf de Barbarie Agence Nationale des Eaux et Forêts

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}