Un tribunal militaire de la République démocratique du Congo a condamné à mort huit militaires et un civil dans deux affaires distinctes en Ituri, dans le nord-est du pays, a indiqué mardi une supply judiciaire.

Dans la première affaire liée à l’horrible meurtre de deux citoyens chinois en mars, la Cour suprême militaire a condamné à mort un civil et cinq militaires, dont deux colonels, selon un jugement consulté par l’AFP.

Comme les autres condamnés, le tribunal a reconnu les brokers Mukalinga Tsendika et Kayumba Samahili coupables de “meurtre avec préméditation et structure de bande”, selon le verdict rendu à Bunia, la capitale provinciale de l’Ituri.

Auparavant, le tribunal de première occasion avait statué sur leur condamnation.

En République démocratique du Congo, les tribunaux imposent souvent la peine de mort, mais celle-ci est généralement commuée en réclusion à perpétuité.

Trois autres militaires ont été acquittés par le tribunal faute de preuves, deux d’entre eux ont été initialement condamnés à dix ans de jail.

Les procureurs ont déclaré que deux officiers condamnés à mort avaient organisé et planifié une attaque contre un convoi de travailleurs chinois à Irumu, dans la province de l’Ituri, pour voler quatre lingots d’or et six mille {dollars}.

Le 17 mars 2022, un convoi revenant d’une mine d’or a été attaqué dans le village de Nderimi, tuant deux ressortissants chinois et blessant leur chauffeur civil.

Dans une autre affaire, le plus haut tribunal militaire de la République démocratique du Congo a condamné à mort le lieutenant-colonel Marcel Kaligamir et deux autres soldats pour “vol de munitions de guerre destinées à des opérations militaires”.

Dans cette affaire, quatre autres militaires et trois civils ont été jugés, qui ont été condamnés à mort en première occasion, puis les peines ont été réduites à dix ans d’emprisonnement. Deux civils ont été condamnés à cinq ans de jail.

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}