Les conclusions de la réunion de recherche de cette semaine sur les médias nationaux et la société à la Chambre des représentants sous le slogan “Médias nationaux et société… Défis et enjeux pour l’avenir” avec la participation de plusieurs spécialistes ont suscité un débat renouvelé sur la demande, qui revient fortement sur le devant de la scène ; Nous parlons de la création d’une “establishment nationale pour l’amélioration des situations de travail des travailleurs des médias nationaux”.

Cette exigence a été renouvelée par Mohamed Mehdi Bensaid, le ministre de la Jeunesse, de la Tradition et de la Communication, qui a annoncé « l’intention du gouvernement de procéder à une révision globale du Code de la presse et des publications », avant d’établir un lien entre « l’amélioration de la scenario sociale et matérielle des travailleurs du secteur et en garantissant des médias de masse solides, efficaces et de qualité ».

Bensaid a présenté un projet prometteur de création d’une establishment nationale de promotion des affaires des professionnels marocains des médias dans le cadre de « l’activation de leur bénéfice des séminaires royaux de safety sociale ; Il est imprudent pour un journaliste de rester en dehors de cet atelier dans toutes ses dimensions.”

La demande de création de cette establishment a fait l’objet de nombreuses visions et opinions qui offrent les meilleurs moyens d’améliorer les situations de travail des travailleurs du secteur des médias, dans divers médias, écrits, électroniques et audiovisuels.

Accélération des réalisations

Younes Mujahid, chef du Conseil nationwide de la presse, estime que “la query d’une establishment sociale dans l’intérêt des journalistes et des travailleurs du secteur de la presse et des médias n’est pas nouvelle”, notant qu'”elle a été constamment soulevée dans toutes les grandes enceintes, que ce soit le Shirat Discussion board en 2005, alors que le projet de créer une telle establishment est entre l’Union nationale de la presse marocaine et le gouvernement.

“La query a également été soulevée dans le cadre du dialogue nationwide sur les médias et la société en 2010 et est incluse dans les directives”, a ajouté Mujahid dans une déclaration à Hespress, soulignant que “le syndicat de la presse a continué à se battre pour cet avantage et il a été fortement soulevé à la réunion de formation, qui a été organisée par la Chambre des représentants le 21 décembre de l’année dernière.

Il a souligné qu'”il s’agit d’un sujet sur lequel toutes les factions parlementaires sont d’accord à l’unanimité, et cela a été consigné par le président du parlement, Rashid Talbi Al-Alami, dans les conclusions”.

Et il a ajouté : “Je pense que ce file devrait être accéléré dans le cadre de la résolution des problèmes sociaux dont souffrent les journalistes et les travailleurs du secteur”.

Mujahid a expliqué l’idée derrière le projet, expliquant qu’il vise à “créer une establishment sociale qui traite des questions de base telles que la retraite complémentaire, l’assurance maladie complémentaire et d’autres providers liés au logement, les prêts, l’assurance décès et d’autres providers qui garantissent la dignité des journalistes , les travailleurs et leurs familles ». Soulignant que « les travailleurs de toutes catégories souffrent d’une faiblesse et d’une faible safety sociale ; Ce projet peut contribuer à l’amélioration de leurs situations, ainsi que dans des secteurs similaires.”

Le chef du “Conseil de la presse” a conclu que “la dialogue lors de la réunion d’introduction était évidente, en particulier de la half des journalistes qui estimaient qu’une partie des fonds publics alloués par l’État aux entreprises de presse devait être utilisée pour améliorer les situations des journalistes et des travailleurs. »

Structuration des instituts d’imprimerie

Pour sa half, Fatima Zahra Al-Wriaghli, vice-présidente de l’Affiliation nationale des médias et des éditeurs, qui comprend des représentants des principaux journaux et establishments médiatiques au Maroc, a confirmé que l’Affiliation, en tant qu’organisation professionnelle des éditeurs et des professionnels, soutient la bien sûr de prendre soin des situations de ses employés, en particulier des journalistes. Comme “l’épine dorsale de tout média pour atteindre le public et fournir un service médiatique de qualité”.

Dans une déclaration à Hespress, Al-Wriagli a noté que « les establishments médiatiques structurées ont des journalistes qui suivent le rythme de leur développement », ajoutant que « le premier objectif de l’affiliation est de structurer le travail des establishments actuelles afin qu’elles puissent s’occuper d’une main-d’œuvre qualifiée ». , parce que les journaux ne peuvent pas voir le monde sans les journalistes, parce qu’ils sont la principale composante du développement du service des médias au revenue du pays.

Elle a expliqué que l’Affiliation des médias et des éditeurs, depuis sa fondation en 2020, a cherché à “contribuer à l’amélioration du statut social des professionnels des médias au Maroc”, notant que cette query intéresse au plus haut level ses membres.

Et elle a poursuivi en disant : « C’est ce que nous avons essayé d’exprimer lors de notre participation aux travaux de la réunion pédagogique à la Chambre des représentants, confirmant une fois de plus que la fonction principale d’une establishment médiatique est de créer des opportunités d’emploi et d’accroître la statut social des citoyens. journalistes par le biais de salaires et d’incitations sociales qui devraient être garantis par l’institut nationwide prévu.

Et elle a souligné l’significance de la révision de la loi qui réglemente le secteur de la presse et de l’édition au Maroc, proposant de “travailler sur une loi-cadre qui comble les lacunes qui imprègnent les travaux de la loi actuelle”, avant d’évoquer “la création de la Fee nationale précitée”. droit”. establishment afin de restructurer le secteur et permettre aux journalistes de mener une vie digne qui soutient leurs efforts tout au lengthy de leur parcours professionnel.

Pour sa half, Abdallah El-Bakali, président du Syndicat Nationwide de la Presse Marocaine, a souligné lors de la rencontre de recherche “le respect des droits économiques et sociaux de toutes les femmes et tous les hommes qui travaillent dans ce secteur d’une manière qui contribue à améliorer l’picture des médias service destiné à la société; Et modifiant la loi, tant dans le statut du journaliste professionnel que dans la loi actualisée sur le Conseil nationwide de la presse, pour assurer une définition claire du journaliste professionnel et de l’entreprise de presse, tout en donnant la drive juridique nécessaire au Conseil nationwide de la presse, notamment en ce qui concerne les sanctions disciplinaires prononcées par ses décisions et les pouvoirs d’arbitrage qui lui sont conférés, ainsi qu’en matière de justice représentative. Il a appelé à une augmentation du nombre de journalistes au sein du Conseil nationwide de la presse et à lui donner un statut juridique fort , semblable à d’autres establishments gouvernementales.

Il a également appelé à “faire consideration aux situations financières, professionnelles et sociales des femmes journalistes”. Étant donné qu'”une façon d’y parvenir est d’améliorer la législation relative à la safety sociale pour qu’il soit clair qu’elle s’applique à tous les travailleurs du secteur des médias”.

Il est à noter que le journal électronique Hespress a tenté d’obtenir l’avis du président de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux Noureddine Moftah, mais après plusieurs tentatives, il a échoué.

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}