L’avocat du “hacker” français arrêté au Maroc, Sébastien Raoul, a déclaré avoir appelé l’occasion onusienne à intervenir pour arrêter l’extradition de son consumer vers les Etats-Unis d’Amérique, qui le veulent pour “renseignement”. la fraude, le piratage et le vol aggravé par le biais des systèmes d’data ».

L’avocat Philippe Ohayon a confirmé dans une interview à l’Agence France-Presse qu’il avait fait appel au Comité contre la torture de l’ONU pour s’opposer au transfert du détenu du Maroc, notant que l’organisme “a empêché de nombreuses extraditions que le Maroc a consenties ces dernières années”. “

Ohayon a affirmé que le détenu avait reçu un message l’informant que l’un des gardiens de la jail où il est détenu allait le remettre.

En revanche, l’Agence France-Presse a confirmé n’avoir reçu affirmation de cette data ni des autorités françaises ni marocaines, notant qu’en août dernier la Cour de cassation de Rabat avait rendu une décision préliminaire sur l’extradition de Raoul.

La même supply a souligné que la décision finale sur le type des Français détenus appartient au chef du gouvernement marocain, automotive c’est lui qui doit mettre en œuvre une telle décision.

Raoul, 21 ans, a été arrêté le 31 mai en vertu d’une discover rouge, un mandat d’arrêt délivré par Interpol à la demande de Washington, qui affirme que le pirate français fait partie du groupe cybercriminel ShinyHunters soupçonné d’avoir mené des cyberattaques. contre de grandes entreprises, dont Microsoft, ce que l’accusé nie.

Ahoyon a déclaré que son consumer pourrait passer le reste de sa vie dans une jail américaine (116 ans) s’il y est condamné, et sur cette base, le Comité des Nations Unies contre la torture devrait intervenir, appelant les autorités marocaines à suspendre l’extradition afin que le Comité des Nations Unies puisse déclarer son emplacement.

Le même avocat avait auparavant exigé que Raoul soit expulsé vers la France pour faire face à des accusations criminelles fondées sur une “enquête initiée par la justice française” plutôt qu’américaine. La défense du prévenu s’appuie sur le fait que son consumer “n’habitait qu’en France et au Maroc, et s’il y a eu piraterie, c’est depuis la France”.

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}