La loi de funds tunisienne pour 2023 vise à réduire le déficit budgétaire à 5,2% du PIB grâce à une augmentation des recettes grâce à des mesures, notamment l’introduction d’une taxe foncière, ont confirmé lundi des responsables.

Le funds 2023 de la Tunisie indique que le déficit atteindra 5,2 % du PIB, contre 7,7 % en 2022.

La Tunisie connaît une crise financière suffocante, qui a entraîné ces derniers mois de fréquentes pénuries de certains produits de base, comme le sucre, le lait, le riz et autres, dans un contexte d’accélération de l’inflation, qui a atteint 9,8%, selon les dernières données. Les données officielles ont été publiées début décembre.

La ministre des Funds, Siham Al-Bawdiri Nemsieh, a déclaré que les recettes attendues seraient de 46,4 milliards de dinars (environ 14 milliards d’euros), et elle a ajouté lors d’une conférence de presse à Tunis en présence de tous les ministres du gouvernement de Naglaa Boudin que la loi de funds prévoit une funds complete d’environ 70 milliards de dinars (21 milliards d’euros).

Le financement nécessaire pour combler le déficit budgétaire sera d’environ 23,5 milliards de dinars (7,5 milliards d’euros) en 2023, ce que le ministre de l’Economie Samir Mentioned a qualifié d'”année très difficile” pour la Tunisie, avec une inflation attendue à 10,5%.

Pour atteindre l’équilibre financier, l’État doit attirer des emprunts extérieurs de plus de quatre milliards d’euros et des emprunts locaux d’environ trois milliards d’euros.

Pour augmenter les recettes fiscales, le gouvernement a approuvé des mesures, notamment un nouvel impôt sur la fortune de 0,5% sur les biens immobiliers d’une valeur nette de plus de trois thousands and thousands de dinars (900.000 euros).

Les paiements en espèces de 5 000 dinars (1 500 euros) ou plus sont passibles d’une amende de 20 % du montant payé.

Le gouvernement a également augmenté la taxe sur la valeur ajoutée de 13% à 19% pour certaines professions libérales, telles que les avocats et les traducteurs.

Le funds était basé sur un taux de croissance attendu de 1,8%, un prix moyen du pétrole de 89 {dollars} le baril et un accord avec le Fonds monétaire worldwide pour un prêt d’environ 1,9 milliard de {dollars} qui a été négocié pendant des mois.

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}