Le gouvernement marocain a en effet visé à activer le caractère officiel de la langue amazighe en termes « d’activation de l’intégration de la langue amazighe dans le domaine de la législation et de la réglementation ». Les premières étapes de cette voie ont été concrétisées sur la base d’une réunion de travail tenue par le secrétariat général du gouvernement avec l’Institut royal de la tradition amazighe ce matin, mercredi, à Rabat.

Au cours de la séance de travail, à laquelle ont participé des responsables centraux du Secrétariat général du Gouvernement et des directeurs officiels de l’Institut royal de la tradition amazighe, les échanges ont porté sur « les modalités d’utility de l’article 11 de la loi organique n° 16-26 ». , relative à la détermination des étapes d’activation du caractère officiel de l’amazigh ; Surtout la troisième partie était liée à l’activation de l’intégration de la langue amazighe dans le domaine de la législation et de la réglementation.

Bensalem Belkrati, Directeur Général de la Législation et de la Recherche au Secrétariat Général du Gouvernement, a ouvert la séance de travail en remerciant la “réponse de l’Institut Royal de la Tradition Amazighe pour abriter la rencontre”, soulignant que “le however de cette rencontre est de bénéficier de l’expérience accumulée par l’Institut dans le domaine du suivi des establishments publiques et de les soutenir pour atteindre les objectifs fixés dans la loi réglementaire susmentionnée.

Le même responsable au secrétariat général du gouvernement a confirmé que la séance s’est tenue conformément aux « directions de Mohamed Khajawi, le secrétaire général du gouvernement, qui attache une grande significance à la mise en œuvre de la loi organique n° article 11 du Droit de l’organisation.” , qui prévoit que l’administration travaille progressivement à la publication des actes législatifs et normatifs de forme générale au Journal officiel en langue amazighe.

Et l’orateur a estimé dans son allocution que « l’article 31 de la loi organique institue un délai de 15 ans pour la mise en œuvre des inclinations de l’article 11, à compter du jour de sa publication au Journal Officiel », soulignant « la volonté de la Secrétariat général à se préparer avec tout le sérieux nécessaire pour participer aux efforts déployés pour œuvrer à la réussite des ateliers de revitalisation linguistique.

Selon les informations présentées au journal Hespress, cette rencontre visait avant tout à s’appuyer sur “la capacité humaine disponible à l’Institut pour atteindre cet objectif, ainsi que sur la méthodologie ou l’approche adoptée à cet égard par les autres membres des establishments publiques”. “

Cette rencontre vise également à définir les voies et orientations de la coopération entre les deux establishments en vue de travailler sur « la traduction et la publication des textes législatifs et réglementaires à caractère général au Journal Officiel en langue amazighe », selon Tawfiq Al -Mediyani, conseiller juridique au secrétariat général du gouvernement.

Al-Madani a expliqué dans un communiqué de Hespress que la dialogue était axée sur “remark activer la langue, le caractère officiel de la langue amazighe dans son side juridique, sous forme de brochures, de guides et de publications dans un premier temps, avant d’atteindre le travail de publication d’un journal officiel du Royaume, qui est publié entièrement en langue amazighe », ajoutant que « le travail nécessite un grand effort concerté entre les secteurs concernés, d’autant plus que l’Institut Royal, en tant qu’organisme officiel habilité, est un acteur clé dans l’atelier de revitalisation législative et juridique.

Pour sa half, Al-Hussein Al-Mujahid, secrétaire général de l’Institut royal de la tradition amazighe, a confirmé que cette « rencontre est un préalable à la revitalisation du caractère officiel de la langue amazighe, qui est l’objectif du programme gouvernemental actuel. pour lequel de nombreux discours royaux ».

Al-Mujahid a déclaré dans un communiqué en marge de la réunion que “le secrétariat général du gouvernement, à l’instar d’un sure nombre de ministères, a pris l’initiative et commencé à jeter les bases d’une revitalisation et de leur intégration dans la vie législative et judiciaire”. expliquant que dans le cadre de travaux préliminaires entre le gouvernement et l’institut envisagent des procédures visant à assurer la langue amazighe comme langue de travail des textes juridiques publiés publiquement.

Il est à noter que la réunion s’est déroulée en présence du chef de cupboard du secrétaire général du gouvernement et des cooks des providers centraux, et le secrétaire général de “Aircom” était accompagné du directeur du Centre de recherche didactique et des programmes pédagogiques . Institut et directeur du Centre de traduction, de documentation, d’édition et de communication.

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}