Le dernier délai annoncé pour la délivrance de la charte de base des brokers du ministère de l’Éducation nationale expire sans accords entre les responsables et le ministère, ce qui ouvre la possibilité d’un scénario d’escalade ou d’un allongement de la période de dialogue entre les deux events en le contexte de la “perturbation” des travailleurs qui parient sur l’adoption de la nouvelle loi en janvier 2023.

Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports activities s’est mis d’accord en janvier dernier avec les syndicats d’enseignants les plus représentatifs pour publier la charte du personnel du ministère de l’Éducation nationale en décembre 2022, mais cela n’a pas été fait, malgré la tenue d’une trentaine de réunions.

Il était auparavant prévu que la loi organique pour les brokers du ministère de l’Schooling nationale soit promulguée avant l’adoption de la prochaine loi de funds afin d’étudier ses différentes implications financières au niveau du Premier ministre et des autres secteurs concernés. .

Les cycles de dialogue sont au level mort depuis plusieurs semaines après que les syndicats ont critiqué des inclinations clés de la nouvelle loi fondamentale, appelant à de nouvelles améliorations du contenu et à l’inclusion de clauses qui, selon le ministre responsable du secteur, Chakib Benmusa, sont principalement liées à l’approbation du premier ministre.

Abdullah Gimit, le secrétaire général nationwide de l’Université nationale d’éducation (orientation démocratique), a noté que le nouveau statut n’est toujours pas disponible, indiquant que la dernière réunion s’est tenue le 2 décembre du mois en cours, qui est sur le level de se terminer. , soulignant qu’il existe encore des désaccords sur le contenu de la loi fondamentale.

Gimmitt a déclaré dans un communiqué à Hespress que “les syndicats se sont réunis mercredi dernier et prendront leurs décisions concernant la fin du dialogue”, notant que “des problèmes persistent, notamment le gel des promotions et la non-application de l’accord du 18 janvier malgré le fait qu’une année entière s’est écoulée depuis sa signature.”

Le même responsable syndical a estimé que “le ministère joue sur le facteur temps pour détruire la cohésion syndicale et sous-estime le travail pour faire passer la loi fondamentale comme il le veut”, soulignant que “le refus est une possibility fixe, et les syndicats sont conscient de la nécessité de continuer à s’opposer à la volonté de s’aliéner les intérêts des travailleurs.”

Yunis Farashyn, secrétaire général de l’Union nationale de l’éducation (Confédération démocratique du travail), a à son tour confirmé que “les syndicats se sont réunis et se réuniront à nouveau la semaine prochaine pour déterminer la place finale à l’problem des négociations sur la loi fondamentale avec le ministère de Éducation, Enseignement Primaire et Sports activities.” .

Dans une déclaration à Hespress, Frashin a déclaré que “les problèmes existent toujours et leur resolution nécessite la volonté globale du gouvernement”, soulignant que la réforme du système de base aura des coûts financiers, soulignant qu'”il doit y avoir une intervention gouvernementale qui réponde aux exigences de la volonté du ministère de l’instruction publique ».

Un responsable syndical s’est prévenu que “le système de base sans incitations financières restera vide de sens”, notant que les syndicats s’entretiendront avec la route des ministères pour s’informer de l’évolution du “système de base” et de ce que veut le gouvernement, et si l’interplay est négative, les travailleurs vont manifester.

Moments controversés

Les syndicats sont favorables à l’ouverture d’un diplôme d’excellence (hors barème) pour les groupes aux filières restreintes (attachés initiaux, préparatoires, pédagogiques, ainsi qu’attachés économiques et administratifs).

Il demande également “la création d’un nouveau diplôme pour activer les accords de Dialogue central du 26 avril 2011 et du 30 avril 2022, ainsi que l’accord du 19 avril 2011 relatif au statut des encours” et “se référer au salaire fichier échelle 10 (qui étaient occupés dans les échelles 7, 8 et 9)’.

Il met également l’accent sur “l’augmentation des salaires des femmes et des hommes dans le domaine de l’éducation, la révision du système de rémunération actuel et la création d’un système d’incitation équitable avec de nouvelles réalisations”, ainsi que “l’intégration des enseignants et du système de soutien qui ont été contraints de contracter dans les fils de l’établissement public », outre « le braveness des dossiers de l’accord intérimaire du 18 janvier 2022 et l’examen de tous les autres dossiers de réclamations, ainsi que les dossiers administratifs », et « l’accélération du paiement des divers contributions financières pour l’année 2020 pour les femmes et les hommes de l’éducation ».

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}