Un sure nombre de pays ont cessé de publier les résultats des infections à coronavirus surveillées quotidiennement, pour diverses raisons liées à la baisse des courbes d’an infection ou parce que le bulletin ne reflète plus la réalité des chiffres enregistrés, alors que cette procédure est toujours en place dans certains pays comme le Maroc, pour des raisons principalement liées à ne pas répandre de rumeurs et à convaincre les citoyens que le virus est toujours présent, comme l’ont confirmé les consultants du “Comité scientifique”.

Stated Afif, membre du comité scientifique sur le vaccin contre le “Covid-19”, a souligné dans ce contexte que “les citoyens ne doivent pas oublier que le virus infecte encore un sure nombre de personnes, ce qui nécessite une prudence constante et la prise des précautions nécessaires face à symptômes.”

D’autre half, le même professeur a déclaré : “Trop de communication tue la communication, mais le manque de communication est aussi un problème”, expliquant continuer à dire aux gens sur la base de publications vérifiées, telles que celles sur lesquelles travaillent le ministère et le comité de surveillance. au. est essential.

“Certains pays, dont la Chine, ne sont pas considérés comme exemplaires dans le domaine de la lutte contre la pandémie”, poursuit le professeur dans un entretien à Hespress, soulignant que “les autorités chinoises ont fermé le pays devant les citoyens, ce qui a entraîné une pression sociale”. . et un doute généralisé quant à l’exactitude et à la validité des données exprimées. A propos des conséquences du coronavirus; En conséquence, le Comité nationwide de santé a décidé de ne plus publier les données du Covid-19.

Le professeur Mustafa al-Naji, membre du comité scientifique de lutte contre le COVID-19, a adopté la même approche, soulignant que “l’incapacité des citoyens à obtenir des chiffres officiels et des données sur les cas quotidiens peut ouvrir la porte aux rumeurs, ce qui est inacceptable dans le domaine de la santé publique ».

Al-Naji a expliqué dans une déclaration à Hespress que “le virus n’est plus présent en grand nombre, mais il n’est pas encore éteint”, mettant en garde contre la complaisance face à de tels virus qui apparaissent pour la première fois parce qu’ils sont connus pour disparaître sur pendant un sure temps, puis revenir.

Deux membres du comité scientifique ont appelé les citoyens du Maroc à prendre les précautions nécessaires en raison du fait que Corona n’a pas disparu, ainsi que de l’apparition d’autres virus présentant les mêmes symptômes, qui ces dernières semaines ont provoqué l’apparition de nombreux cas de rhume et de certaines maladies pulmonaires.

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}