Des militants civils à Nador ont dénoncé l’abandon de huit échoppes en bois dont quatre se trouvent au niveau de la route menant au parc forestier de Kuruko et quatre autres à l’entrée du rond-point Afra en commune Beni Bouifour, rattachée à Tarabia. , dans la province de Nador.

Huit étals, que le Conseil de l’Est a contractuellement remis à ladite communauté pour l’utilization de la coopérative, ont été endommagés par des inconnus, et également recouverts de pierres et d’ordures.

Al-Tayeb Hujah, un militant de Nadora, a déclaré : « Ces kiosques, que tout le monde était heureux d’installer, ont été négligés depuis leur création jusqu’à ce qu’ils tombent entre les mains de vandales qui les ont transformés en dépotoir et en refuge pour les vagabonds et les errants. chiens. Ce qui remet en trigger l’opportunité de dépenser de l’argent public pour sa création.

L’acteur de l’affiliation a ajouté dans un communiqué au e-journal Hespress : « Nous, il y a 4 mois, en tant que sujets de l’affiliation, jaloux des intérêts de la région, avons écrit aux autorités concernées pour accélérer la délivrance des licences. pour l’utilisation de ces stands. au lieu de les laisser ouverts à l’inconnu ; Mais nous n’avons reçu aucune réponse, donc la scenario reste la même.”

Hoxha a appelé “les responsables à intervenir pour connaître le type de ces étals, prendre l’initiative de les réparer et de protéger ce qu’il en reste, et trouver des formules appropriées pour délivrer des licences pour en bénéficier dans l’intérêt des coopératives ou des associations”. selon le principe de légitimité ».

Dans un contact Hespress avec la communauté de Beni Buifrour à ce sujet, Abd al-Rahman Oisho, directeur des Intérêts collectifs, a déclaré que « la conference pour l’implantation de ces échoppes par le conseil de la région a été signée dans la préfecture de Nador en afin que les coopératives des régions de Tazuda et d’Afra puissent en tirer revenue.

Le directeur du service des intérêts collectifs de ladite commune territoriale a confirmé que « ce projet, qui est utilisé dans le cadre du cadre légal par le Conseil de la Région de l’Est, la commune de Beni Bouifrour et la préfecture de la région, ne coopérative a demandé une licence en sa faveur dans l’intérêt de la commune ».

Et le même responsable a souligné : « Le groupe a rempli ses devoirs ; Comme la mise à disposition d’un conteneur immobilier dans les zones de décrochage, en plus de prévoir les modalités de demande de licence pour en bénéficier conformément à la loi.

Concernant le vandalisme de ces objets par des inconnus, Esho a expliqué que “le groupe, dans le cadre de ses pouvoirs, a contacté les autorités locales concernant ces actes de sabotage dès qu’il a eu connaissance de la nouvelle”, soulignant à la fin que “le groupe reste à votre disposition pour trouver toute resolution à ce problème ».

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}