Dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de la Langue Arabe, qui est célébrée chaque année le 18 décembre, la Coordination Régionale de la Coalition Nationale de la Langue Arabe de la région Marrakech-Safi a organisé un colloque intellectuel intitulé “Langue Arabe et Droit” le samedi soir dans le Grand Corridor de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Güelis Marrakech.

Les organisateurs ont indiqué que ce symposium se tient dans le cadre de l’aboutissement des célébrations culturelles au programme, qui se déroule du 20 au 30 décembre, sous le slogan : “Langue arabe… identité, tradition, enlargement” avec la participation des professeurs . , chercheurs, scientifiques et intellectuels.

La réunion a été solennellement ouverte par les représentants des médias et le chercheur universitaire Mustafa Golman, qui a appelé à l’event festive la nouvelle station de coordination régionale de la Coalition nationale de la langue arabe dans la région de Marrakech-Safi, une station pour interagir avec les défis qui nous attendent. modernité et ouvrir les principales problématiques du monde numérique, linguistique et didactique.

Gulman a exprimé le souhait que la Coordination régionale “réfléchisse à d’autres intersections avec le langage de la science et du savoir et start à rassembler les dimensions de la relation stratégique entre le langage de l’adversité et le droit”. Il a ensuite ouvert la voie à une série de questions auxquelles ce colloque de recherche et de plaidoyer cherche à répondre par la participation d’enseignants spécialistes du monde du droit et de la recherche.

Dans son allocution, la poétesse et écrivaine Fawzia Rafiq, responsable du Comité de Coordination à Marrakech, elle a rappelé le contexte de cette rencontre, qui s’inscrit dans une série de rencontres et d’événements organisés par le Comité de Coordination, à travers son ouverture à certains établissements d’enseignement où il y a des jeunes qui fréquentent la coalition fait un pari.

Quant au “Discours de l’année” lors de la célébration, devenue annuelle, il a été prononcé par une académicien, scientifique dans le domaine de l’intelligence artificielle Dr Fatima Rumat, membre du groupe d’consultants sur l’intelligence artificielle à l’UNESCO. et la présidente fondatrice de l’Institut worldwide de la recherche scientifique, alors qu’elle a confirmé que la célébration de cette année est marquée par la course à l’intelligence artificielle, à la souveraineté technologique, et a présenté la réalité de la langue arabe et les problèmes auxquels elle est confrontée et les options proposées par la nature pour les résoudre ces problèmes.

Quant à l’académicien Dr. Moulay Hassan Al-Suwaidi, juge extraordinaire, procureur adjoint et chef de la chambre des femmes et des enfants à la Cour d’appel, il a souligné son discours intitulé « L’arabe en droit nationwide et worldwide », au cours duquel il a mis l’accent sur la statut de la langue arabe en tant que langue juridique d’une complexité enracinée et juridique et fondement de l’unité de la nation dans la pensée du pouvoir législatif et de sa grande unité.

De son côté, Afifa Belaid, docteure en droit public et science politique et professeure occasionnelle à la faculté de droit, a choisi pour son intervention le thème « Secrétariat général du gouvernement et la qualité de rédaction des projets de loi », lorsqu’elle a relevé le constat que le choix de “langue arabe et droit” comme thème du symposium est un choix passionnant et sans précédent dans l’espace universitaire spécialisé.

L’académicien Dr Moulay Idris Al-Nawazli, diplômé de l’Institut supérieur de justice et professeur invité à la Faculté de droit, a pris half au discours, intitulé Le mot arabe entre l’ordinaire et le juridique, et a commencé par le statut de la langue arabe. comme la langue de communication et la voix de la civilisation, la langue d’apprentissage et d’éducation chez les musulmans, ainsi que la langue de la loi et de la cour.

En plus des requêtes précédentes, Hasna Belbinard, avocate au Cupboard de Marrakech, a choisi une requête intitulée « Caractéristiques du Langage Juridique » au cours de laquelle elle s’est concentrée sur deux axes ; Le premier est un examen des relations entre la langue ordinaire en utilization, d’une half, et le langage juridique, afin de montrer les caractéristiques du langage juridique et la construction linguistique d’un texte juridique, et le second est de poser la query de certains articles du code de la famille.

Pour ajouter une touche artistique à la efficiency, l’artiste Abdel-Rahim Salaba a tapé du doigt des pièces musicales sur le oud avant que le symposium ne se conclue par un discours sur “Le défi de la traduction des textes juridiques en français” par Mme Sabrina. Sharif Wazzan, conseiller juridique dans un cupboard d’avocats dans le domaine du droit business et des contrats, au cours de laquelle le problème a été soulevé : le transfert d’un terme juridique d’une langue à l’autre et les problèmes de compréhension du texte unique qui se posent au fur et à mesure un résultat.

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}