La volonté de “servir la langue arabe, de la diffuser et d’élargir ses opportunités sur tout le continent africain et dans le monde” exprimée par le “Conseil suprême de la langue arabe en Afrique”, qui a été créé avec une giant représentation des différents pays africains dans lequel la “langue paternelle” est présente.

Le Marocain Fouad Bouali, chef de la Coalition nationale pour la langue arabe, a été élu vice-président du conseil lors de sa conférence fondatrice.

Le conseil est considéré comme “un organisme parapluie pour ceux qui s’intéressent à la langue arabe sur le continent africain, traitant des questions de diffusion de la langue arabe, de renforcement de son statut et d’organisation de la recherche scientifique qui s’y rapporte”.

Celle-ci s’est déroulée à “l’initiative de l’Union Générale des Instituts d’Appui à la Langue Arabe au Tchad et dans le cadre de la mise en œuvre des résultats de la première conférence scientifique internationale sur le thème : (La langue arabe en Afrique subsaharienne entre les exigences de diffusion et les problèmes de déclin), qui a été organisée par l’Union en coopération avec un groupe d’establishments intéressées par la query de la langue arabe en Afrique et dans le monde arabe, dans le cadre de la Semaine nationale de la langue arabe au Tchad.

La déclaration finale de la conférence fondatrice du Conseil supérieur de la langue arabe en Afrique indique qu’elle “a été publiée sur la base de contacts et de consultations approfondis menés par l’Union générale des establishments d’appui à la langue arabe au Tchad avec de nombreux acteurs et entités intéressés par la problématique de la langue arabe dans les pays africains, ce qui a conduit à la sélection d’un groupe de scientifiques. Et des spécialistes qui s’intéressent à la langue arabe, à partir desquels un corps fondateur a été créé qui a poursuivi le dialogue et les consultations.

Les représentants des pays africains participant à la conférence ont élu Hasabalah Mahdi du Tchad comme président, Salih Mahrous d’Égypte comme deuxième vice-président, Hassan Sajal de Djibouti comme troisième vice-président et Mustafa Gouma du Sénégal comme quatrième vice-président.

Le conseil a également approuvé le bureau exécutif de son secrétaire général, Ibrahim Barma Ahmed du Tchad, et de son premier adjoint, Amin Mohsen des Comores, et de son deuxième adjoint, Mashhoor Mahmoud Jumba du Nigéria, et a été chargé de gérer les affaires financières. Ahmed Abkar Saleh du Tchad et Abdel Aziz Hamdo du Cameroun ont été choisis comme adjoints.

Mustafa Gulman du Maroc a été élu directeur de l’info et Ibrahim Awal Nikir du Soudan du Sud a été élu son adjoint. Quant aux questions juridiques, son directeur est Hakar Mohamed Ahmed du Tchad, et son adjoint, Abdullah Kassem, est du Libéria.

Le Département de l’Schooling et de la Réinsertion a été confié à Wadad Naibi du Bénin et à la Députée Fatima Hosseini du Maroc. Quant au nom de l’Ivoirien Bamba Isiaki, Ford determine sur la liste comme directeur des relations extérieures et de la coopération, avec l’Ethiopien Moussa Sheyho comme adjoint.

Le Comité de lexicographie et de linguistique est présidé par Abdul Haque Labadie d’Algérie, représenté par Ahmed Abd Ahmed du Kenya, tandis que le Comité d’enquête sur le patrimoine est présidé par Sawsan Nashed du Soudan et est soutenu par Ali Toure de Sierra Leone.

En ce qui concerne la Fee de la traduction et du multilinguisme, Norine Suleiman Norine du Tchad a été nommée et Abdel Ghaffar Maiga du Burkina Faso a été nommé son adjoint, tandis qu’Ibrahim Mohamed Nour de la Somalie a présidé la Fee des conférences et des activités culturelles et a été affecté à Rugile Augustus de Madagascar.

Le comité littéraire et artistique est dirigé par Ali Abdel-Wahab Mutawa d’Egypte, Suleiman Dango de Gambie parle en son nom.

Le Conseil suprême pour l’arabe en Afrique comprend également des membres du comité spécialisé, à savoir : Muhammad Abu Ras de Libye, Al-Hader Abdel-Baki du Nigeria, Ali Abdullah Muhammad du Nigeria, Mamadou Dembele du Mali, Abdu Muhammad Hadi du Niger et Muhammad Abdullah Muhammad Al-Sheikh de Mauritanie, Zahra Tabet de Tunisie, Abid Mohamed Idris de Centrafrique, Nada Mousini du Burundi et Youssef Abdallah des Comores.

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}