La pandémie de Covid 19 a démontré l’significance du développement du secteur de la santé, et 2022 a été la première année où le pays a vécu dans des circonstances atténuantes et le début du déclin du virus qui a effrayé le monde, de sorte que le secteur de la santé au cours de cette année a été d’une grande significance au regard de l’agenda du gouvernement, ainsi que des directives royales.

Hespress a contacté le ministère de la Santé et de la Safety sociale pour demander ce qui a été réalisé en 2022, et il a produit un doc qui surveille la plus importante de ces réalisations, soulignant que “malgré les limites des circonstances épidémiologiques et leurs conséquences négatives, ainsi que une évaluation des succès tirés de l’expérience du Maroc dans la lutte contre l’épidémie, qui a été très appréciée par la communauté internationale. Le ministère a ouvert les principaux séminaires sur la réforme.

Faire face au covid

Les spécialistes ont salué le rôle des soins de santé dans la lutte contre la pandémie, soulignant que l’année s’est écoulée avec les pertes humaines les plus faibles.

Dans ce contexte, Syed Afif, membre du comité scientifique de lutte contre le Covid 19, a déclaré : « Le moindre dommage a été réalisé par rapport au Covid, donc tout décès est une perte pour le pays et tout cela est le résultat d’une motion concertée. effort. de tous les travailleurs de la santé du secteur privé, année universitaire, militaire et efforts concertés de toutes les events au sein du gouvernement nationwide. “sécurité et autres”.

Dans une déclaration de Hespress, Afif a déclaré que le taux de mortalité aujourd’hui n’est pas supérieur à 1,4 % ; Ce chiffre est inférieur à la moyenne mondiale de 2 %, alors que la récupération est supérieure à 98 %.

Afif a noté que cette state of affairs a permis de reprendre vie après la levée de la quarantaine et la reprise de l’économie et du tourisme.

Al-Tayeb Hamidi, médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé, a déclaré : « À l’exception des premières semaines de 2022, lorsque Omicron est apparu, et il n’y avait aucune donnée à ce sujet, le Maroc a vécu une vie économique normale et un cycle scolaire regular. »

Universalisation de la safety sociale

L’un des projets les plus importants dans le domaine de la santé en 2022 est la généralisation de la safety sociale, y compris la santé, qu’Afif considère comme “un saut qualitatif dans le domaine de la santé”.

Dans ce contexte, Hamidi a déclaré: “L’assurance maladie a été généralisée pour les Marocains, plus de 4 tens of millions de familles, et 10 tens of millions de Marocains qui avaient auparavant Ramida bénéficient désormais de l’assurance maladie obligatoire et reçoivent le même panier de soins pour le reste du pays. Marocains, salariés ou employés, et ayant bénéficié d’un traitement, que ce soit dans le secteur public ou dans le secteur privé.”

Dans une déclaration à Hespress, il a poursuivi : “C’est une très grande révolution”, poursuivant : “En 60 ans d’indépendance du Maroc, seuls 14 tens of millions de Marocains ont bénéficié d’une assurance maladie. Aujourd’hui, tous les citoyens pourront utiliser l’assurance maladie pendant deux ans.

D’autre half, Hamidi a déclaré: «Les Marocains qui bénéficient aujourd’hui de l’assurance maladie obligatoire n’ont pas besoin de carte à mettre dans leur poche; Plutôt aux soins, à l’accès financier et territorial, aux providers de qualité. Il faut donc prévoir de l’argent, un système de santé et une bonne gouvernance dans le domaine de la santé. »

Loi-cadre

Le ministère de la Santé et de la Safety sociale a indiqué dans son rapport d’étape obtenu par Hespress que lors du Conseil des ministres tenu le 13 juillet au Palais Royal à Rabat, le projet de loi n° 06.22 relatif au système nationwide de santé a été approuvé, lequel a été “préparé dans l’exécution des directions royales ». Le Haut-commissaire appelle à une révision fondamentale du système de santé et à ce que le développement du secteur de la santé soit l’une des initiatives immédiates qui doivent être entreprises pour être au niveau de la safety sociale résumant les séminaires », indique le doc.

Ressources humaines

Le ministère, dépositaire du secteur de la santé, a bénéficié de 5 500 postes financiers à travers lesquels 1 425 postes ont été pourvus dans le domaine médical, 2 984 postes dans le personnel médical et 1 091 postes dans le personnel administratif et method.

Selon les explications du Ministère, dans ce cadre, le statut de la Fee des Infirmiers et Techniciens a été téléchargé, qui a réglé les différentes étapes liées à ce décret, notamment la promotion qui en découle. Dans ce cadre, 1 495 infirmières et personnels médicaux ont été promus et 17 581 ont été promus.

Concernant le renforcement du dialogue social avec les différents partenaires sociaux, le 24 février 2022, un accord a été signé entre le gouvernement et les syndicats représentés dans le domaine de la santé et de la safety sociale pour améliorer la state of affairs des travailleurs de l’industrie.

Afif a appelé à reconnaître la beauté de ces ressources humaines et à lutter contre la fuite des cerveaux, soulignant que plus de 600 médecins ont quitté le pays en 2021 et plus de 700 cette année, « et cela est considéré comme une faiblesse », selon Afif. spécialiste des soins de santé.

Afif a parlé de la tendance au renforcement des ressources humaines, soulignant qu’il existe huit facultés de médecine qui ont été renforcées par quatre autres dans toutes les régions du Maroc, sans compter les collèges privés.

Accès aux médicaments

Les réalisations sanitaires les plus importantes sont le démarrage de la development de l’usine de manufacturing du vaccin contre le COVID-19 et d’autres vaccins, qui est un projet structurant qui, une fois achevé, contribuera à la souveraineté vaccinale pour le royaume et l’ensemble de l’Afrique. continent.

Mon acide a dit que l’Afrique ne produit que 1 % des vaccins ; Bien que 99% soient importés, “alors que l’usine assurera l’autosuffisance non seulement pour le Maroc, mais pour tout le continent”, soulignant que “l’usine permettra au Maroc et à l’Afrique de garantir la souveraineté vaccinale dans les années à venir, remark elle répondra 60% de ses besoins non seulement en vaccins, mais aussi en médicaments vitaux, considérés comme la médecine du futur, et contribueront à faire avancer la recherche scientifique.

Il a ajouté : « Le Maroc possède une industrie pharmaceutique importante qui répond à 70 % des besoins des Marocains, qui doit être développée ; Mais en ce qui concerne les médicaments qui sauvent des vies, la pénurie est encore énorme, comme c’est le cas pour la recherche scientifique.

De son côté, Afif a déclaré : “Le laboratoire de Benslimane est conçu pour produire des médicaments et des vaccins vitaux et pour atteindre l’autosuffisance, que ce soit Covid ou autres, tout en assurant la coopération avec le continent africain à travers la coopération Sud-Sud”.

Selon un doc du ministère de la Santé et de la Safety sociale, l’industrie pharmaceutique marocaine a enregistré des réalisations importantes qui lui ont permis de couvrir plus de 70% des besoins en médicaments du marché native grâce à l’industrie marocaine et à la promotion de la manufacturing locale de médicaments pour maladies chroniques et coûteuses. Cela a permis de porter l’utilisation des génériques à 40 %.

Elle a expliqué que pour accroître la souveraineté vaccinale, 3 accords avec un investissement de 500 tens of millions de {dollars} ont été signés avec la Chine pour produire 5 tens of millions de doses du vaccin contre le COVID-19 par mois dans la première part.

establishments nationales

Afif a parlé du lancement d’ateliers pour la création d’un sure nombre d’establishments nationales ; Il s’agit notamment « d’une autorité sanitaire suprême qui sera responsable de la politique de santé à moyen et lengthy terme en dehors de tout calcul politique, et d’une Agence du médicament pour promouvoir l’investissement dans les médicaments. L’autosuffisance aujourd’hui, puisque 65 % passera à 80 %. »

Il a poursuivi : « Le tarif de référence doit être revu aujourd’hui. Les gens paient plus de 50% de leur argent, et téléchargent également l’accord qui a été précédemment signé dans ce cadre le 13 janvier 2020, pour être le level de départ pour augmenter le tarif, en tenant compte du faible pouvoir d’achat du affected person.

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}