La fee des industries manufacturières du Parlement prépare la ratification du projet de loi n° 102.21 sur les zones industrielles.

Les groupes de députés et les groupes en Conseil des Conseils du vendredi 30 décembre ont apporté leurs amendements à ce projet afin de l’améliorer et d’en combler les lacunes.

À cet égard, la majorité des events ont apporté un sure nombre d’amendements à ce projet, qui concernaient principalement l’introduction de sanctions pour un investisseur qui loue des terrains aménagés ou des objets achevés dans des zones industrielles en cas de sous-location de locaux industriels. la propriété.

Sous-louer un bien signifie que le locataire d’origine l’a reloué à un autre locataire.

Les équipes majoritaires : Rassemblement nationwide des libéraux, Authenticité, Modernité et Indépendance ont confirmé que cet amendement vise à limiter la spéculation et que la loi interdit la sous-location.

Les équipes majoritaires ont apporté d’autres amendements, qui étaient liés à l’amélioration de la rédaction du texte, qui a été soumis à l’examen du Conseil des députés après approbation par le Conseil des représentants en première lecture.

Les opérations de vente ou de location de terrains aménagés ou bâtis en zones industrielles par le responsable de l’aménagement sont réalisées conformément à la législation en vigueur, compte tenu des tendencies du nouveau projet.

Le projet de loi précité définit comme responsable de l’aménagement “toute personne morale de droit public qui s’occupe de l’aménagement, de l’aménagement et de la commercialisation d’une zone industrielle et, le cas échéant, de sa gestion”.

Le projet prévoit que les contrats de vente et de location de terrains ou d’installations réalisés dans des zones industrielles prévoient l’obligation pour les investisseurs d’évaluer les terrains ou les installations dans des délais déterminés, ainsi que des sanctions applicables en cas de non-respect par l’investisseur ses obligations, y compris la résiliation du contrat.

Ce projet, que le gouvernement a transmis à la Chambre des représentants en juillet dernier, vise à définir des règles adaptées en matière d’aménagement, de gestion et d’évaluation des zones industrielles afin de : Encourager l’investissement dans le domaine industriel en mettant à disposition des biens immobiliers préparés pour Cet objectif. et renforcer l’arsenal juridique lié à la préparation, la gestion et l’évaluation des zones industrielles afin d’améliorer leur qualité, lutter contre le phénomène de spéculation immobilière et créer les mécanismes nécessaires pour assurer une gestion sturdy et efficace des zones industrielles.

Le gouvernement affirme que ce projet stimulera l’investissement dans le domaine industriel en fournissant des biens immobiliers préparés à cet effet et en renforçant l’arsenal juridique lié à la préparation, la gestion et l’évaluation des zones industrielles afin d’améliorer leur qualité et de lutter contre le phénomène de la spéculation immobilière, ainsi que fournir aux investisseurs les mécanismes nécessaires pour assurer une gestion sturdy et efficace des zones industrielles.

Ce projet offre également aux investisseurs résidant dans des zones industrielles aménagées avant la date de son entrée en vigueur et ne disposant pas d’une autorité pour les gérer, un délai de cinq ans pour établir une autorité chargée de gérer la zone industrielle et de percevoir les redevances pour les providers par elle, et en cas d’inaction, l’autorité territorialement compétente peut désigner une société spécialisée pour gérer la zone industrielle concernée et percevoir les redevances à payer pour les providers qui lui sont rendus.

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}